Those Days Are Gone.

« Pay attention please, a cishet fat black girl is talking about love. »

Je crois que je deviens aigrie.

(Je crois que c’est comme ça que ça s’appelle non ? On appelle comme ça une femme heurtée, blessée par les mecs, qui arrête pas de se plaindre etc.
C’est comme ça qu’on appelle une femme qui exprime ces sentiments à propos de ses relations passées et qui est triste et en colère.
« Sois pas aigrie !!! »
Comme si c’était sans raison. Mais bon, j’oubliais que je dois toujours être jolie et calme, une rose sans épines, une baie sans venin, pour qu’on puisse venir me cueillir, me consommer et puis me jeter en toute sécurité. )

BREEEEEF.
Je l’expliquais dans un article précédent, pendant longtemps j’ai été sur le côté du jeu de l’amour. J’étais pas sélectionnée, j’avais l’impression de pas être regardée. Femme noire et ronde, dans un pur bled paumé ? Well, d’autres filles ont réussi à se débrouiller peut être (donnez moi l’espoir) mais à l’époque j’arrivais pas. J’étais pas regardée, et je pensais même pas être digne de l’être si on veut être totalement honnêtes.

En un mot comme en cent, pendant tout ce temps, j’étais quand même heureuse. Disons qu’en temps normal, ma jauge de bonne humeur et de joie, si on peut mesurer ça comme ça, est à 70%. Et malgré mon absence totale de vie amoureuse, j’étais heureuse. C’est devenu mon mantra et mon objectif dans la vie « être heureux. Tous les chemins que je prends doivent mener à mon bonheur ».
Et pour l’instant, ça marchait bien. Bon j’arrivais pas à dépasser les 85% parce que dans ma tête yavait quand même ce manque dans ma vie mais… voilà, j’ai eu une belle enfance et une belle adolescence (selon mes critères perso). Pas la mieux, pas la plus riche etc mais j’étais pas à plaindre. J’ai passé plus de temps à rire qu’à pleurer.

Bon, le temps passe et j’arrive à me construire. A avoir confiance en moi. De plus en plus.  Puis quelques mecs traversent ma vie, et me voilà enfin « validée ». Le regard masculin me valide. Youhou ! C’est… enivrant (lol, blâmez moi tant que vous voulez, je sais que c’est nul mais je suis juste honnête) Du coup, j’en veux encore. Et encore.
Mais je me rend compte d’un truc. Plus ça va, plus je me rends compte que je choisis pas correctement. Je suis avide d’amour mais je comble cet amour n’importe comment. Je rencontre des mecs qui eux aussi sont avides de prendre, de prendre tout ce que j’ai, mon corps, mes pensées, ma tendresse… mais ne donnent rien. Ne donnent pas la moitié que ce que je suis prête à offrir. Ils peuvent pas ou ils ne veulent pas, ça dépend, je ne sais pas et c’est une autre question (dans un article que j’appellerai : pourquoi on apprend pas aux mecs à aimer de la même manière que l’on apprend aux filles.)

Et c’est douloureux. C’est douloureux parce qu’en tant que fille ronde et noire j’apprends à m’aimer mais je me rend compte qu’il y a des petites fissures. Je me rends compte que j’ai peur d’affirmer ce que je veux dans mes relations. J’ai pas appris à m’affirmer à ce stade. J’ai juste appris que sur le marché de l’amour, j’étais pas supposée valoir grand chose, donc si je voyais quelqu’un qui faisait mine d’apprécier mon corps et/ou mon esprit, je devrais prendre.
Même s’il ne m’aimait pas vraiment en fait.
Ça m’a fait aimer des mecs qui ne m’aimaient pas vraiment en fait. Ça m’a fait me contenter d’être dans des relations qui ne me plaisaient pas, me contorsionner dans des positions inconfortables, parce que je pensais que je n’avais droit qu’à ça. Ça m’a fait faire des compromis qui me rendaient mal et malheureuse comme les pierres, parce que j’aimais oui, et surtout je pensais que je ne valais pas mieux que ça.
Et j’étais mal. J’étais amoureuse oui, mais ma jauge de bonheur tombait à 50%.

Est ce que c’est inimaginable d’avoir appris à s’aimer au point de faire passer son bonheur avant tout, même avant le fait d’être dans une relation. Est ce que c’est barré d’avoir appris à s’apprécier au point de se dire « Je suis une femme noire grosse qui rencontrera un mec prêt à mettre autant sur la table que moi » ?
Est ce que c’est inimaginable ?
Est ce que j’agis de façon déraisonnable ?

Car le pire, c’est que j’y crois. J’ai la foi.
J’y crois un petit peu.
Et je me sens mieux d’y croire un peu.
Mieux que d’être enfermée dans des trucs sentimentaux qui ne mènent nulle part.

C’est la faute du féminisme noir et de la body positivity ça. Faire croire aux femmes noires rondes qu’elles ont peuvent réclamer respect, envisager le bonheur et à l’amour réciproque, sans devoir ressembler aux canons traditionnels.

Publicités

Une réflexion sur “Those Days Are Gone.

  1. Que dire, sinon que ton article est touchant.

    Bien sûr, c’est dur de comparer nos deux situations, étant un homme blanc en surpoids et en situation sociale pourrie (remarque, ça fait quelques points communs), mais je me reconnais dans certaines de tes difficultés.

    Et on n’apprend pas aux hommes à aimer comme les femmes, c’est un fait. On attend de l’homme qu’il soit une sorte d’alpha, de conquérant qui prend. La conception patriarcale et machiste de la société laisse relativement peu de place à la sensibilité et aux sentiments.

    Si on suivait les lois du marché de l’amour, nous serions beaucoup à ne pas valoir grand chose, mais voilà, parfois, il faut savoir sortir de ça, et tu as raison de penser que tu vaux mieux que tout ça. Je connais des personnes qui sortent des canons de beauté et sont pourtant heureuses

    Nous avons le droit au respect, à l’amour et au bonheur, indépendamment de notre couleur de peau, de notre situation sociale ou de notre IMC. Tous ceux qui prétendent le contraire, qu’ils aillent se faire voir. S’il faut lutter pour avoir le droit de vivre heureux, soit.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s