Les larmes de l’impunité

Je lis un article sur Justine Sacco dans le New York Times (qui a ensuite été repris par les Inrocks)…
Justine Sacco, vous savez. Celle qui a dit « Je vais en Afrique. J’espère que je vais pas choper le Sida ».

Ouais c’est pas drôle. C’est pas drôle du tout quand tu sais tous les stéréotypes qu’on véhicule sur les africains et les maladies (Sida, paludisme, Ébola… choisis en une). Surtout quand on sait que la plupart des médias occidentaux sont pas capables de montrer l’Afrique avec autre chose que des images d’enfants qui meurent de faim, de guerres et d’épidémies. Je suis sérieuse. Dès que j’entends parler de l’Afrique subsaharienne (vue comme un bloc ,  comme si l’Angola et la Côte d’ivoire c’était la même chose parce qu’on est tous censés parler l’africain mais bref… ) c’est toujours à cause des mêmes sujets.

Mais apparemment, on doit pouvoir rire de tout, sans conséquences, on doit pouvoir cracher à la gueule de tout le monde parce que tu comprends, c’est la liberté d’expression, l’irrespect est à son comble. Qu’importe que certains se prennent beaucoup BEAUCOUP plus de crachats dans la gueule ! On s’en fout allons y, c’est juste de l’humour (alerte info : non).
C’est juste des «  » » »blagues » » » » » qui font rire les mêmes gens (indice : pas les Africains.) jusqu’à ce que des gens se fassent jeter des trains en Italie et en France parce qu’ils ont pas Ebola.

« La vie de Justine Sacco est ruinée  »
N’oublions pas que cette femme, Justine Sacco, était quand même la directrice du département des relations publiques. La meuf est payée pour éviter ce genre de boulettes non ?
Je rappelle que des gens sur Fb se font virer pour moins que ça merde.
Je dis pas que la menacer de mort et tout, c’est justifié.

C’est jamais justifié.

Mais j’ai franchement du mal à trouver de l’empathie, parce que je vois des gens marginalisés qui se font harceler juste parce qu’ils parlent de leur vie, des gens qui décortiquent chacun des tweets…
Parce que des femmes se mettent à parler de jeux vidéos et de sexisme dans le domaine et qu’elles se font harceler. Parce que des femmes trans se font directement menacer sur les reseaux sociaux. Parce que des femmes noires prennnent la parole publiquement. Je peux pas pleurer parce qu’une Justine Sacco qui fait une blague raciste ennuyeuse et prévisible comme la pluie  arrive à avoir un journaliste qui la défend dans le NYT, parce que comme d’habitude c’est le bon vieux couplet du
 » Oh la la, si on peut pas cracher sur les gens sans qu’ils nous en retournent une, mais où va le monde ? »

Désolée mais je vais garder mes larmes pour moi hein, vous serez bien gentils mais je m’en fous.
Je m’en tape complet. Elle va dans un continent et insulte les gens « pour de rire » et s’étonne que les gens soient en colère ?
Je sais que votre liberté d’expression et de blague ça veut vraiment dire « on veut dire ce qu’on veut et faire des blagues qui ne font rire que nous et sans craindre aucune conséquence parce qu’on s’en fout » mais bon.

Je me fous de ses larmes.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s