A celles qui voudraient une émancipation balisée.

Une énième polémique sur Beyoncé et Nicki Minaj, qui seraient les apôtres du patriarcat en véhiculant les symboles de la féminité, qui seraient totalement à l’encontre de tout combat féministe etc.

Une énième critique venant d’une femme blanche, dont le corps correspond en tous points à l’idéal de beauté occidental, qui elle peut se permettre d’avoir une prise sur sa sexualité, sur la manière dont elle a d’affirmer son corps, sans que d’aucune manière que ce soit, on vienne lui rappeler que ce n’est pas féministe, que  » nos mères ne sont pas battues pour que tu te balades en string »

Je voulais pas faire un billet, je le jure. Je ne voulais pas que mon agacement passager se transforme en colère dévorante parce que vous voyez, on est en juillet, il fait bien trop chaud pour avoir la rage et puis c’est pas bon pour ma jauge de bonheur.

Et pourtant, nous y voilà. Je suis fâchée. Fâchée de voir que des féministes s’arrogent encore d’avoir le droit de décredibiliser tout un discours parce que machin porte un corset et que l’autre porte un string. On dirait des mecs, sans déconner. Qui disent qu’ils ne peuvent pas se concentrer sur ce que j’ai à dire parce que ma robe est trop courte, et que mon décolleté est trop profond.
Vous fatiguez.

On peut parler du fait que Beyoncé et Nicki Minaj véhiculent leur corps d’une manière hyper sexualisante et qu’en ce sens, elles alimentent un discours patriarcal. Une question : qui a décidé de les réduire à leurs fesses et à leurs vêtements ? Parce qu’elles disent des choses dans leurs oeuvres, dans leurs concerts, elles citent des féministes.
Et quand bien même, elles ne le font pas…
Je rappelle aussi que dire qu’elles rentrent dans des codes de beautés patriarcaux me fait doucement rire quand je vois qu’il n’y a pas si longtemps, on se moquait des femmes noires et de celles qui avaient des grosses bouches et des grosses fesses.
J’ai peine à recevoir des leçons sur la manière dont une femme noire veut exprimer sa féminité, si Beyoncé soit elle, surtout de la part d’une femme blanche qui incarne le modèle de féminité qu’on nous vend. Ya qu’à googler Beauté et on verra si les filles qui apparaissent ressemblent plus à Lou Machin qu’à Nicki Minaj.
Intéressant d’ailleurs que ces critiques ne s’adressent pas à Katy Perry, ni Madonna etc.

D’ailleurs si on parle de subversion… à quel moment la nudité et la sexualité n’est plus subversive ? Pourquoi quand certaines actrices ou des chanteuses se sexualisent, c’est subversif, c’est edgy mais que quand Beyoncé porte un corset ça ne l’est plus ?

Je trouve ça intéressant de voir que certaines femmes sont constamment interrogées sur leur féminisme, sur leur façon de véhiculer les choses. Pour ma part, voir une femme Noire (certes mince, certes avec des cheveux blonds) icône du féminisme, qui assume sa sexualité, qui est en charge des DIFFÉRENTS messages qu’elle veut afficher, c’est nouveau. C’est surprenant.
Il va falloir cesser de museler la manière et de vouloir contrôler la manière dont les femmes choisissent de s’émanciper.
Si vous voulez donner des récompenses sur ce qui est  » la bonne féministe », vouloir faire des concours de « Miss Féministe » avec des jurés qui donneraient des notes, et somme toute, mettre en compétition les féministes et les femmes, allez y. Voyons alors qui relaie les codes et mecanismes du patriarcat.

Arrêtez de croire que vous avez le monopole du féminisme, les clés du féminisme, que vous « êtes » les filles naturelles des féministes. C’est ça le problème majeur : vous n’avez pas à discréditer un féminisme. Au nom de quoi ? Ce n’est pas parce  que ta mère s’est battue pour ne pas porter des strings et que tu as Simone de Beauvoir sur ta table de chevet  que tu es la patronne de ce qui est féministe ou pas.

 

Et pour moi, une femme ronde, Noire et grosse, le physique nu, le twerk de Beyoncé est bien plus subversif que le corps blanc, mince et frèle d’une Lou Doillon, faut m’excuser.  Qualifier l’expression de corps Noirs, de corps de femmes Noires, et l’affirmation de leur sexualité de vulgaire ??
Vu, vu, et revu..  Demandons à Joséphine Baker.

 

EDIT :

Pour aller plus loin, je vous propose de lire le billet de Paige Palmer : Le féministe blanc :le mépris de Lou Doillon

Publicités

20 réflexions sur “A celles qui voudraient une émancipation balisée.

  1. Je suis tout à fait d’accord avec toi.
    Et ptite apartée, je suis toujours étonnée que l’on trouve les femmes trop sexualisée dans les clips : les hommes le sont tout autant, en particulier dans les genres musicaux de Beyoncé et Nicki Minaj…

    J'aime

  2. Amandine, quand tu dis « Et ptite apartée, je suis toujours étonnée que l’on trouve les femmes trop sexualisée dans les clips : les hommes le sont tout autant », tu es sérieuse ??

    Aimé par 1 personne

  3. Répondre à cette interview de Lou Doyon et en faire un sujet, s’énerver sur cette « oie blanche » n’est-ce pas alimenter de vraies fausses questions ? Le féminisme et le combat contre l’anthropologique échec de la domination masculine sont des sujets autrement plus sérieux que des combats de « poules » (excusez ce très mauvais jeu de mots, c’est pour parodier les sempiternels combats de coqs).

    J'aime

    • Ce ne sont pas des fausses questions. J’ai pris le temps de faire cet article parce que ce n’est pas que le fait de Lou Doillon de vouloir critiquer le féminisme de femmes *comme par hasard racisées et là spécialement Noire*. C’est une dynamique qui est récurrente dans les féminismes, dont mlle Doillon se fait le symbole. Le féminisme qui vise à discréditer une femme, surtout en ce qui concerne l’expression de sa sexualité, je n’en veux pas. Compléter la domination masculine par la domination des femmes blanches sur les femmes noires (et il est bien question de hiérarchie puisque madame Doillon se permet de juger, d’octroyer des brevets de féminisme).
      Être une femme blanche et être une femme racisée (et dans mon cas Noire) c’est deux choses différentes.

      Si la domination blanche n’est pas sérieuse, tant mieux pour vous. D’autres femmes sont aussi racisées et doivent lutter sur plusieurs champs, à la fois et en même temps. Aussi, je vous prierai à l’avenir d’éviter de déconsiderer (avec un combat de poules) ce que je considère comme étant important.

      Le féminisme est là pour libérer toutes les femmes, de toutes les dominations.

      J'aime

      • Je pense sincèrement qu’elle aurait émis les mêmes critiques si elles avaient été blanches, ces accusations de racisme sont ridicules. Aussi toutes femme afro-américaine ne grandit pas dans le même milieu social… Voir pointer le racisme là où il y en a pas me fait toujours soupçonner un racisme réel chez l’accusateur… puisqu’il arrive à cette logique que lui seul voit…

        J'aime

  4. Une petite coquille vers la fin de l’article : « sur ta table cheveux », j’imagine qu’il faut lire « sur ta table de chevet ».
    Sinon merci beaucoup pour cet article. Vu l’agacement / la colère qu’il a dû provoquer, je le trouve extrêmement bien construit.
    La question raciale n’est qu’un aspect du problème des propos de Lou Doillon, mais pas des moindres et effectivement trop peu questionné, alors merci.

    Qu’on laisse les femmes vivre en paix. Être une femme ET être noire c’est déjà double peine, alors si en plus les « féministes » à la Lou Doillon s’y mettent…

    J'aime

  5. Reblogged this on Salut, et encore merci pour le poisson! and commented:
    « Arrêtez de croire que vous avez le monopole du féminisme, les clés du féminisme, que vous “êtes” les filles naturelles des féministes. C’est ça le problème majeur : vous n’avez pas à discréditer un féminisme. Au nom de quoi ? Ce n’est pas parce que ta mère s’est battue pour ne pas porter des strings et que tu as Simone de Beauvoir sur ta table de chevet que tu es la patronne de ce qui est féministe ou pas. »

    J'aime

  6. Merci pour cet article!
    J »aime Nicki Minaj pour son intelligence et j’ai eu la chance de voir l un de ses concerts ou ses propos pouvaient dérouter au regard du 1 er aspect qu on pourra avoir.
    Le féminisme est plus que toutes ces questions je pense : Souvent on parle à tort et à travers tel a été le cas de Miss Doillon… playboyy mdrrr

    J'aime

  7. Doillon est une conne, on est toutes d’accord là dessus. Et des meufs qui montrent leur cul il y en a de toutes les couleurs c’est vrai aussi. Moi personnellement cette manière de montrer les femmes en permanence de manière ultrasexualisée ça me dérange. Je ne vois aucun pouvoir et aucune liberté chez Beyoncé par exemple, à part le pouvoir de l’argent. Pourquoi est ce que ça me dérange chez elle ou chez minaj plus que d’autres? Parce que j’ai vu les gamines afro américaines dans le ghetto. Elle vivent dans un milieu difficile et souvent hyper sexualisé. Les artistes ne peuvent s’affranchir d’une certaine responsabilité vis à vis de leurs fans. Et oui j’aimerais qu’on dise à ses gosses qu’elles sont belles mêmes habillées, que l’intelligence et l’humour peuvent être des armes de séduction et qu’ont peut réussir avec son talent et son cerveau plutôt qu’avec son cul. La nudité en soi n’est pas un problème si elle exprime autre chose qu’une stratégie marketing. Le clip Windows Seat de Badu est magnifique.

    J'aime

  8. Bonsoir,
    Votre article est intéressant et soulève un débat que j’ai plusieurs fois lu et entendu sur d’autres sites. Je n’ai jamais réagi mais je m’interroge sur le sujet sans vraiment trouver de réponses. D’abord j’aimerai comprendre ce soudain intérêt pour le féminisme de la part des personnalités du show business (quelles qu’elles soient)? Il m’interpelle au plus point car aujourd’hui, en lisant notamment les interviews de l’une ou l’autre dans les médias, le féminisme est souvent utilisé à mauvais escient et se résume en général à un discours superficiel pour parler de la liberté des femmes.
    Ensuite les propos de Lou Doillon me laissent complètement de marbre, au pire ils sont caricaturaux et sans fondement. Des chanteuses qui se dénudent au nom du combat féministe, il y en a toujours eu et pas seulement dans le R’n’B. J’ai souvent vu des chanteuses rock (et blanches de surcroit ) comme Beth Ditto ou Kathleen Hanna (pour ceux et celles qui connaissent) apparaitre en petite tenue lors de leurs concerts et revendiquer leur droit à montrer leur corps tel qu’il était. Personne n’a remis en question leur attitude ni même l’image qu’elles véhiculaient auprès de leur public. Au contraire elles ont été portées aux nues justement parce qu’elles ont eu une attitude différente face aux diktats qu’imposaient leur milieu. Quant au féminisme prôné par Beyoncé ou Nicki Minaj, il serait intéressant si il exprimait autre chose qu’un effet de mode.En effet comme la soulever quelqu’un plus haut, je ne vois rien chez Beyoncé ou Nicki Minaj qui parle vraiment d’émancipation. Je vois surtout le matraque marketing fait autour et ça, ça me dérange plus que le port du string dans un clip. Le choix d’être hypersexualisé pour faire passer un message à la télé s’inscrit juste dans la mouvance du moment ni plus ni moins, ça n’a plus rien de choquant ni même de subversif à l’heure actuelle.
    Enfin cet billet me fait repenser à Betty Davis, qui a pris le contrepied de l’industrie musicale en son époque en apparaissant en body sur son album « They say I’m different » dont plane le parfum de liberté (à tous points de vue) d’une femme des plus exceptionnelles. 🙂 A écouter…

    J'aime

  9. Alors là je suis contre :
    – « dont le corps correspond en tous points à l’idéal de beauté occidental »
    – « de la part d’une femme blanche qui incarne le modèle de féminité qu’on nous vend ».
    Il ne faut pas abuser non plus ! Ou avez-vous vu qu’elle incarnait l’idéal de la beauté « blanche » ?

    Par contre, tout à fait d’accord avec vous sur le fait qu’elle aurait pu s’en prendre à Kim Kardashian ou Miley Cyrus mais ne cite que des noms de célébrités noires…

    J'aime

  10. Pingback: Réflexion sur la « déconstruction du genre  en contexte Afro | «Chronik de Nègre(s) Inverti(s)

  11. Encore un billet pertinent et percutant. Et encore une flopée de commentaires qui montrent à quel point ce que tu dis est précieux (et à quel point certain’s ne veulent pas l’entendre). Juste pour enfoncer le clou (en espérant que cela correspond bien à ton propos) je voudrais ajouter un principe que j’estime nécessaire de rappeler sans cesse et sur tous les fronts.

    pro-choix

    Être pro-choix, c’est laisser les personnes subissant une ou plusieurs oppressions, libres de décider comment elles se débrouillent avec ça dans leurs vies ; qu’elles luttent de la manière qui vous parle le plus, ou d’une autre manière, ou qu’elles ne luttent pas, ou n’en aient pas l’air à vos yeux, ou qu’elles vous semblent au summum de la collaboration… ce qui compte, c’est que leurs choix se fassent parmi le plus d’options possibles.

    Enlever une option à des personnes opprimées, délégitimer leur choix, c’est tout simplement réduire leur marge de manoeuvre et vouloir décider à leur place. Ne me libère pas, je m’en charge… et je me charge aussi de libérer tou’s les autres ?

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s