Mon ressenti après : « Que s’est-il passé, Miss Simone? »

On me parlait souvent de Nina Simone quand j’étais plus jeune et que je ne savais pas me servir de Google que je tombais sur son nom. On me disait toujours  » Nina Simone a une voix magnifique… mais c’est triste ce qui lui est arrivé. Elle était tellement en colère… tellement. Elle était amère. Elle a fini si seule. « .
Et vous comprenez, y avait un goût de tristesse, de rancoeur qui m’éloignait d’elle. Un peu comme Billie Holiday, en fait. Cette noirceur autour d’un immense talent que je détectais et qui m’empêchait d’accrocher à leurs voix, par ailleurs magnifiques. Je préfèrais les voix plus douces de Sarah Vaughan et d’Aretha Franklin.
Comme si elles étaient plus légères, moins chargées en colère et en souffrance.

Je viens de regarder le documentaire de Netflix sur Nina Simone « What happened Miss Simone » et je suis un peu dans mes feels je crois. Voir une personne aussi talentueuse, aussi belle, et la fin me laisse le coeur lourd je crois.

« Elle est très en colère. »
Oui mais sa colère était juste. Comment ne pas être en colère, dans la situation où elle a vécu, l’histoire de sa famille, de la ségrégation, de la pauvreté, du racisme envers les Noirs. De sa propre situation familiale, où elle se faisait battre par son mari, alors même qu’elle avait l’impression de se sentir exploitée par la seule personne qu’elle aimait ?

A un moment, elle dit un truc du style :  » dans un moment où c’est une question de vie ou de mort, où c’est une question de survie, c’est du rôle de l’artiste de s’engager et de prendre position. Un artiste doit refléter son époque et faire passer un message ». Et après elle dit  » Je pense qu’un artiste qui n’aurait pas été comme moi [aussi engagée politiquement] serait plus heureux. Mais comment je fais pour arrêter d’être moi ? »

Du coup, je me suis demandée. Comment tu fais pour arrêter d’être en colère, quand la colère est juste mais qu’elle te fait du mal ? Parce que sa colère était juste à mon sens (et à plein de monde), une partie de sa colere (évidemment je veux surtout pas effacer les problèmes de santé qu’elle avait) était une conséquence des injustices qu’elle subissait, c’était l’expression de son besoin d’être libre, sa colère était l’affirmation de son droit à être libre.

Comment tu fais ça partir du coup ? Comment tu renonces à l’expression de ton besoin de liberté, si cette expression de faire souffrir ?

L’une des filles de Malcolm X parle du fait que pas mal de familles des activistes ont été « chahutées » pendant le mouvement des droits civiques aux USA. Je pense que ce serait une intéressante étude à faire : pourquoi ces familles sont chahutées ? Pourquoi les activistes doivent payer le prix fort d’une libération qui leur est due ?

Je suis perdue, je crois.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s