2018.

Est-ce que c’est trop tard pour vous souhaiter une bonne année ? On va dire que non.

Pour le début de cette année 2018, je voulais commencer par remercier les lecteurs et les lectrices. Le blog est une plateforme où je peux exposer mes idées et mes raisonnements, en toute liberté, et j’espère que cela vous plaira.

Vous pouvez évidemment me contacter sur ma page Facebook, où j’ai le plus de chances de réponses, sur Instagram ou sur Facebook alors n’hésitez pas à me laisser vos commentaires.

Au délà des polémiques et autres débats , ce qui a marqué l’année de 2017 pour moi, ce sont les innombrables créations des afrodescendants (notamment français). Que ce soit dans le domaine musical (j’ai particulièrement kiffé l’album de Naza), au niveau des livres, des bandes dessinées, des événements et festival (avec le festival Art’Press, le Black Movies Festival, Afropea, Boucles d’Ebènes, Nyansapo, etc), des plateformes artistiques voire même de la fanfare 30 nuances de Noires, le monde afro rayonne de tous les côtés. Ce que j’ai suivi avec beaucoup d’attention, c’était les podcasts : entre The Why, Piment, Le Tchip, What The F* Podcasts, Womanist Podcast, TV in the box, A La Première page, c’est vraiment vivifiant de voir cette émulation, et cette envie de construire, de créer.

2018, c’est l’année des projets-rêves qui éclosent. C’est l’année de publication de mon tout premier recueil de poésie “À nos Humanités Révoltées”, qui sort le 22 mars aux Éditions Métagraphes.

Est-ce que c’est trop tard pour vous souhaiter une bonne année ? On va dire que non.

Pour le début de cette année 2018, je voulais commencer par remercier les lecteurs et les lectrices. Le blog est une plateforme où je peux exposer mes idées et mes raisonnements, en toute liberté, et j’espère que cela vous plaira.

Vous pouvez évidemment me contacter sur ma page Facebook, où j’ai le plus de chances de réponses, sur Instagram ou sur Facebook alors n’hésitez pas à me laisser vos commentaires.

Au délà des polémiques et autres débats , ce qui a marqué l’année de 2017 pour moi, ce sont les innombrables créations des afrodescendants (notamment français). Que ce soit dans le domaine musical (j’ai particulièrement kiffé l’album de Naza), au niveau des livres, des bandes dessinées, des événements et festival (avec le festival Art’Press, le Black Movies Festival, Afropea, Boucles d’Ebènes, Nyansapo, etc), des plateformes artistiques voire même de la fanfare 30 nuances de Noires, le monde afro rayonne de tous les côtés. Ce que j’ai suivi avec beaucoup d’attention, c’était les podcasts : entre The Why, Piment, Le Tchip, What The F* Podcasts, Womanist Podcast, TV in the box, A La Première page, c’est vraiment vivifiant de voir cette émulation, et cette envie de construire, de créer.

2018, c’est l’année des projets-rêves qui éclosent. C’est l’année de publication de mon tout premier recueil de poésie “À nos Humanités Révoltées”, qui sort le 22 mars aux Éditions Métagraphes.

Pour celles et ceux qui me connaissent bien, le fait d’être publiée est la réalisation d’un rêve d’enfant, que j’ai longtemps cru être une chimère. C’est un moment très fort pour moi, donc, mais j’ai aussi l’impression d’être au début de quelque chose. C’est comme si, en réalisant ce rêve, je me permets enfin de croire que les chimères que je cultivais en secret peuvent finalement devenir réalité.

A nos Humanités Révoltées”, c’est d’abord pour moi, une autre manière de parler et de discuter de politique. De la rendre plus sensible en la rattachant à des émotions comme la colère, la frustration, la joie et l’espoir. C’est aussi rendre hommage à des figures intellectuelles, familiales et politiques, anonymes ou connues, qui ont forgé ma manière de penser le monde. C’est aussi ma façon d’ouvrir un dialogue pour discuter ensemble de ce qui fait notre monde.

J’ai vraiment hâte de vous le faire découvrir et d’échanger avec vous.

Force, joie et courage à nous.

Pour celles et ceux qui me connaissent bien, le fait d’être publiée est la réalisation d’un rêve d’enfant, que j’ai longtemps cru être une chimère. C’est un moment très fort pour moi, donc, mais j’ai aussi l’impression d’être au début de quelque chose. C’est comme si, en réalisant ce rêve, je me permets enfin de croire que les chimères que je cultivais en secret peuvent finalement devenir réalité.

A nos Humanités Révoltées”, c’est d’abord pour moi, une autre manière de parler et de discuter de politique. De la rendre plus sensible en la rattachant à des émotions comme la colère, la frustration, la joie et l’espoir. C’est aussi rendre hommage à des figures intellectuelles, familiales et politiques, anonymes ou connues, qui ont forgé ma manière de penser le monde. C’est aussi ma façon d’ouvrir un dialogue pour discuter ensemble de ce qui fait notre monde.

J’ai vraiment hâte de vous voir découvrir le recueil et d’échanger avec vous. Il est déjà disponible sur le site des Éditions Métagraphes.

Force, joie et courage à nous.

Publicités

Une réflexion sur “2018.

  1. Pingback: Les remue-méninges de Janvier 2018 – La Nébuleuse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s